En France le titre de masseur-kinésithérapeute est réservé aux personnes ayant obtenu d’une part un Diplôme d’État Français ou Européen validé par le Conseil National de l’Ordre de Masseurs Kinésithérapeutes. Le Kinésithérapeute du Sport possède ce même diplôme ainsi qu’une formation post universitaire spécifique en plus. Il a plusieurs rôles, il peut travailler en cabinet libéral et au sein d’une équipe ou même les deux.

Il pourra prendre en charge tout sportif dans le domaine de la rééducation, de la réadaptation, de la prévention, de la récupération, de la préparation à l’effort, de l’échauffement, des urgences de terrain, de dopage… et bien d’autres.

L'équipe du RCT

Kiné du sport, est-ce une spécialisation, une passion ou même une opportunité ?

  • L’activité sportive ne peut se faire dans de bonnes conditions que si le sportif est bien suivi médicalement. Dans ces conditions, le suivi kiné est indispensable dans le sport de haut niveau.
  • Pour accéder à ce statut, une condition est nécessaire : la passion. En effet, la plupart des kinés du sport sont des sportifs, ou des passionnés de sport. Aujourd’hui, peu parmi eux exercent leur métier à temps plein au sein  d’une équipe, au service d’un joueur ou d’une fédération. La plupart du temps, ils travaillent au sein de leur cabinet libéral puis se retrouvent sur tous les terrains du monde entier auprès de sportifs amateurs ou professionnels. Enfin, cette spécialité est de mieux en mieux encadrée puisque des formations de bonne qualité valident le parcours post-graduate du Kiné avec des certificats universitaires ou diplômes universitaires. Massages, strapping, taping, mobilisations spécifiques, étirements, levées de tension, urgences de terrain, traitement des plaies mineures, des hématomes,…composent l’arsenal thérapeutique à disposition du professionnel de santé.
  • L’ostéopathie aura un rôle majeur à jouer dans le traitement du sportif. Bon nombres de lésions sportives comme les déchirures musculaires (claquages), les tendinopathies, les entorses… auront une origine ostéopathique. Le traitement ostéopathique devra souvent être privilégié dans un premier temps afin d’éliminer toute dysfonction  articulaire, viscérale ou crânienne puis laisser la place à la Kinésithérapie du Sport qui pourra traiter les différents œdèmes, hématomes, inflammations, fibroses…

Au Centre de Santé Manéra l’Equipe de Professionnel de Santé s’efforce de mettre à disposition ses compétences ainsi qu’un plateau technique de dernière génération.

Quel est le rôle du kiné du sport ?

Le Kiné du Sport travaille avant tout sur le terrain. Nous devons essayer de gérer à notre niveau toute la traumatologie, pour permettre aux sportifs de reprendre leur activité. Nous devons rapidement évaluer les dégâts afin d’orienter au mieux le sportif vers une prise en charge médicale, car nous faisons partie d’une équipe médico-sportive. Le diagnostic devra être effectué rapidement.

Nous avons aussi un rôle de coordinateur en tenant l’entraîneur informé de l’état des athlètes.

La prévention représente aussi un de nos rôles les plus importants.

La connaissance des sportifs permet un meilleur suivi, le Kiné devient un confident, veiller à ce que les athlètes s’échauffent, s’hydratent, s’alimentent… fait parti de nos attributions. Le kiné devra savoir prendre certaines décisions terribles pour le sportif comme l’arrêt de son activité même si celui-ci se sent capable de continuer.

 

Quelles sont les pathologies rencontrées ?

Le kiné intervient pour des crampes, des déchirures, des claquages, des tendinopathies, des hématomes, des plaies mineures, des fractures, des entorses, des pertes de mobilité… nous dispensons aussi des soins d’urgence.

 

Quelle différence pouvez-vous constater entre les amateurs et les professionnels ?

La grosse différence se situe dans le ressenti du sportif. Le sportif de haut niveau sera en général plus précis, il saura exactement où il a mal et dans quelles conditions la douleur se révèle. La description souvent claire du traumatisme est précieuse pour le diagnostic. L’autre avantage réside dans le fait que le sportif se plaindra beaucoup plus tôt qu’un individu lambada, ainsi les compensations s’installent que peu et la cause et la conséquence du problème ne font souvent qu’un.

 

Urgence terrain

Sur le terrain

il interviendra avant, pendant et après les compétitions.

  • Avant les compétitions :

la préparation du sportif peut se faire par des massages tonifiants, par la pratique d’un échauffement adapté au sport et au sportif, par la pose de Taping ou de strapping, par des étirements actifs spécifiques…

  • Pendant les compétitions :

le kiné devra pouvoir s’adapter à la compétition et aux différentes gènes ou blessures qui surviendront lors de cette compétition. Ainsi il pourra, après avoir établit un diagnostic, en collaboration avec le médecin et l’entraineur, déterminer si le sportif peut reprendre son activité sportive. En cas de traumatisme l’ostéopathe trouvera sa place au sein de ce staff médical.

  • Après les compétitions :

il contribue à la récupération des athlètes par des massages, des étirements, de la relaxation.

  • Entre les compétitions

Le kinésithérapeute traitera les différentes pathologies rencontrées par le sportif, il pourra ajouter à ces traitements la notion de prévention et de récupération. Dans ces traitements, il devra tenir compte des échéances sportives du compétiteur et adaptera ses protocoles pour permettre à l’athlète une reprise dans les meilleures conditions possibles.

C’est souvent dans ces moments-là que la stratégie thérapeutique est mise en place (choix de la date d’intervention par rapport à des échéances sportives par exemple). Nous en profitons pour discuter des éventuelles erreurs liées à l’entraînement, à la diététique, à l’hygiène de vie… Pour ces raisons, avoir des notions de préparation physique ou, mieux encore, avoir la double casquette parait être un véritable atout.

Le Kiné du Sport de par son engagement auprès des sportifs fait partie intégrante du staff au service d’une équipe (ou d’un sportif individuel) et si les liens de confiance sont établis entre l’équipe médicale et l’équipe technique, l’athlète est donc dans les meilleures conditions pour accomplir de réelles performances.